Actu

TAXE POIDS VEHICULES : ça va encore nous couter combien ?

Le malus sur le poids des véhicules a récemment fait l’objet d’un bras de fer entre la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili et Bruno Lemaire, ministre de l’Economie.

Ce dernier semblait initialement avoir pris le dessus, puisque cette taxe pour le moins controversée ne figurait pas au projet de loi de finances 2021.

La taxe est finalement de retour. En effet, un amendement déposé directement par le gouvernement le 16 octobre dernier fixe son entrée en vigueur le 1er janvier 2022.

La ministre s’en est d’ailleurs félicitée par un tweet. L’alourdissement du parc automobile, c’est plus de matériaux et d’énergie consommés, plus de pollution et moins d’espace public disponible.

Le malus au poids que nous instaurons est un signal fort et nécessaire pour mieux prendre en compte l’empreinte écologique des véhicules les plus lourds »

Les contextualisons

Pour mettre un objet en mouvement quel qu’il soit, il est nécessaire de mobiliser de l’énergie. Cette énergie est directement proportionnelle à la masse de l’objet. Il est ainsi aisé de comprendre que plus un véhicule est lourd, plus il aura besoin d’énergie pour se mouvoir. Les effets sur l’environnement de chaque véhicule sont de fait directement proportionnels à son poids.

Depuis maintenant plus de 40 ans, la masse des véhicules n’en finit pas d’augmenter.

La série 200 de chez Peugeot en est un bon exemple. Les 860 kgs de moyenne que pesait une 205 en 1982 semblent bien légers si on les compare avec les près de 1.3 tonne en moyenne de la dernière 208. Même son de cloche pour les berlines familiales telles que la BMW Série 3 qui elle a pris un embonpoint de près de 600 kgs en 45 ans.

L’achat du SUV, une autre habitude des gens

Mais à ceci il faut également ajouter une habitude récente des consommateurs : l’achat de SUV. La comparaison directe entre les ventes de 2 modèles de gamme équivalente, une berline et un SUV en l’occurrence les Peugeot 308 et 3008 est claire à ce sujet. Les volumes de vente du SUV surpassent depuis son entrée vers le marché ceux de la berline. Et cette tendance est générale en témoigne le succès de ce type de véhicule en particulier chez les marques premium. Toutefois cette nouvelle taxe au poids clairement imaginée pour freiner les ventes de tous les SUV quelle que soit la gamme visée semble aujourd’hui rater sa cible. En effet, initialement prévue pour tous les véhicules pesant plus de 1300 kgs, la taxe ne s’appliquera finalement qu’aux véhicules de plus de 1,8 tonne. Il est à noter que c’est la masse en ordre de marche conforme à la réglementation européenne qui est prise en compte : 75 kgs supplémentaires simulant un conducteur sont intégrés au poids à vide déclaré.

En remontant le seuil de la taxe, le gouvernement évite donc de pénaliser les constructeurs français. En effet la quasi-totalité des véhicules qu’ils proposent à la vente se situe sous cette barrière. Leurs plus gros modèles tels le DS7 Crossback ou la Renault Espace ne devraient être impactés que dans leurs versions les plus richement équipés. Ce malus au poids s’ajoutera au malus écologique qui lui continue son durcissement. Le barème retenu pour l’heure est une taxe supplémentaire à l’achat de 10 Euros par kg au-dessus de 1,8T.

Un véhicule pesant 2.5 tonnes se verra donc affublé d’une taxe au poids de 7010 Euros par exemple. Le cumul de cette taxe sur le poids et du malus CO2 déjà en vigueur ne devrait pas excéder 40 000 € en 2022, et 50 000 € en 2023.

À noter que le texte prévoit un abattement de 200 kg par enfant pour les familles ayant au moins trois enfants à charge, et de 400 kg pour les véhicules d’au moins huit places acquis par une entreprise ou une personne morale.

Les véhicules d’occasion importés seront soumis au malus sur le poids avec une réduction de 10% du montant de la taxe pour chaque année écoulée depuis la première immatriculation de l’auto si cette dernière a plus de six mois, comme c’est déjà le cas pour le malus au CO2.

Les véhicules électriques ou hybrides rechargeables d’un poids supérieur à 1.800 kg seront eux exclus de la nouvelle taxe. Cette décision signe donc la volonté pour les pouvoirs publics d’encourager l’achat de ces véhicules dits propres.

Et pourtant la réalité est loin d’être aussi simple. Si le sujet du bilan carbone réel des véhicules électriques, hybrides ou à hydrogène vous intéresse, plusieurs vidéos traitent de ce suket sur cette chaine.

You may also like...